Au bord du Styx

La Scène Manquante – SiP

Avertissements :

Ceci est ma première FF dans l’univers de « Strangers in Paradise », comics créé par Terry Moore. Tous les noms, personnages et dessins utilisés lui appartiennent. Aucun avantage financier n’en est tiré.

Genre : romantique

Violence : non

Subtext : non, maintext et Terry Moore nous a donné la « happy end » que l’on attendait.

Situation chronologique : entre les numéros (fascicules) 89 et 90 du comics.

Spoilers : références à des évènements se déroulant dans les recueils (TPB – trading paperback) 15 à 19 de l’édition originale américaine (je ne sais pas où en est l’édition française).

Orthographe : S’il y a des fautes, j’en suis responsable : Fanfan, mon estimée super-relectrice a retiré tout ce qu’elle a trouvé, mais je suis capable d’en avoir rajouté après son passage.

Commentaires à la fin du récit si vous le souhaitez.

Strangers in Paradise : la scène manquante (ou le chapitre 89,5)

Finalement, les deux femmes n’étaient pas retournées derrière la maison. La pluie, qui avait joué à cache-cache avec elles depuis le matin, les avait enfin rattrapées.

Elles prirent la route la plus directe pour leur hôtel. Francine passa tout le trajet assise de côté, ne quittant pas des yeux Katchoo. Celle-ci roulait beaucoup plus vite qu’à l’aller, mais sans prendre de risque. Elle trouva une place proche de l’entrée pour se garer, puis sortit rapidement de la voiture, en fit le tour et alla ouvrir la portière de Francine qui rassemblait leurs affaires.

Elles se dirigèrent vers l’ascenseur, sans vraiment se toucher, mais sans laisser non plus beaucoup d’espace entre elles.

Katchoo appela l’ascenseur puis se tourna vers Francine. « Tu me raccompagnes à la porte de ma chambre… » A mi-chemin entre une question et une affirmation…

Un écho à la question posée par Francine la veille au soir…

L’excitation née de la déclaration d’amour et du strip-tease improvisé de Francine à l’ombre de la maison à vendre semblait être passée.

Francine sourit, se voulant rassurante. Katchoo avait répondu qu’elle l’aimait aussi, mais elle savait que si un pas important avait été franchi, il restait beaucoup de chemin à faire. Leurs vies étaient enchevêtrées depuis le lycée. Elles s’étaient toujours aimées, mais n’avaient pas toujours pu être ce que l’autre voulait au moment où elle le voulait. Francine savait que ses hésitations, ses peurs, ses atermoiements, ses désirs de normalité, avaient été autant de coups au coeur de son amie. Elle, de son côté, avait dû surmonter tout ce qu’elle avait appris progressivement ou violemment du sombre passé de Katchoo, particulièrement quand ce passé venait menacer sa vie et celle de ses proches.

Francine avait tout accepté, tout pardonné, même l’infidélité. Katchoo avait eu des réserves de patience, ne poussant jamais, léchant ses plaies quand Francine partait.

Mais au cours des ans, sauf peut-être la période après le mariage de Francine, elles avaient toujours été là l’une pour l’autre en cas de coup dur.

Il y avait David, surgi du passé, amoureux de Katchoo ; Casey, devenue l’indispensable copine et dont la vie se mêla bientôt aux leurs.

Et maintenant David était mort, son testament révélant le rôle caché de Casey. De nouvelles blessures…

Francine avait fait ce que l’on attendait d’elle, une grossesse qu’elle n’avait pu mener à terme, un beau mariage, un autre enfant qui n’arrivait pas, puis les infidélités de son mari qui l’avaient obligée à reconsidérer sa vie et ses sentiments.

Elle avait enfin réalisé qu’elle devait prendre sa vie en main. La mort soudaine de son beau-frère alors qu’il pensait avoir enfin trouvé le bonheur la conforta dans sa décision.

Et elle était là, dans cet ascenseur, accompagnant Katchoo vers sa chambre, quelques heures après l’avoir obligée à entendre sa déclaration, peu conventionnelle… Mais quand avaient-elles suivi les conventions ?

Malgré ses réassurances dans la voiture, Katchoo semblait à nouveau douter. Elle leva la main vers une mèche de cheveux qui cachait le regard de Francine. Puis elle laissa glisser le bout de ses doigts le long de cette joue ronde. Elle prit le visage tant aimé entre ses mains, traça l’arc de sa bouche.

« Francine, si c’est un rêve, ne me réveille pas ! Mais si tu as encore des doutes, ne fuis plus ! Ensemble, nous pouvons tout affronter. Mais si je dois te perdre encore une fois, je… je ne le supporterai plus… »

Francine se pencha légèrement et l’embrassa sur le front. « As-tu déjà oublié ? J’ai promis de ne plus te quitter. »

Katchoo voulait croire, mais ne pouvait empêcher une note de doute transparaître. « Mais que vaut la déclaration d’une femme à moitié nue dans un jardin qui n’est pas le sien ? »

« Bien plus que n’importe quel autre serment… »

Les deux jeunes femmes étaient sorties de l’ascenseur et se dirigèrent vers le numéro 222, la chambre de Katchoo.

Elle glissa la carte magnétique dans la fente et ouvrit la porte. Elle entra dans sa chambre. En entendant la porte se refermer, elle comprit que Francine l’avait suivie. Au fond d’elle, c’est ce qu’elle voulait, mais elle avait décidé qu’elle s’alignerait sur l’attitude de Francine. Elle ne voulait pas l’effaroucher même si elle sentait en son amie une résolution et une assurance dans l’expression de ses sentiments qu’elle ne se souvenait pas avoir vues une seule fois chez son amie (même le jour de son mariage avec Brad).

Elle se retourna et vit Francine retirer sa veste, laissant voir un généreux décolleté, trois boutons de son corsage étant tombés, victimes de sa précipitation lors de son strip-tease.

Elle allait retirer sa veste en jeans quand Francine l’arrêta. « Laisse-moi faire ! » Elle se retrouva à quelques centimètres des seins de son amie – il faut bien qu’il y ait quelques avantages à être de petite taille. Elle put enfin observer le tatouage sur le sein gauche de Francine, à peine recouvert par le soutien-gorge. Francine le lui avait montré quelques mois plus tôt lors du traquenard du studio d’enregistrement organisé par David et Casey pour qu’elles se réconcilient.

« Pourquoi as-tu fais ça ? »

« Je te l’ai déjà dit. Pour t’avoir toujours près de mon cœur… »

« Mais c’est le symbole de Darcy… »

« Non, le symbole d’un amour éternel… Combien de personnes le portent encore, ce tatouage ? »

« … »

« Plus beaucoup, exactement. » Francine prit alors la main de Katchoo et la posa sur son sein, recouvrant le dessin. « C’est aussi ma façon de dire que j’accepte tout de toi y compris ton passé… »

La main trembla, puis Katchoo commença à tracer le contour du tatouage sur la chaire douce et chaude. Francine ferma les yeux, assaillie par des sensations qu’aucun des hommes dans sa vie, aussi doués furent-ils, n’avait pu faire naître en elle. Elle ne reteint qu’à moitié un gémissement de plaisir.

Katchoo s’arrêta alors et entreprit de défaire les derniers boutons qui tenaient encore fermé le chemisier, puis passa ses bras autour de la taille de Francine, reposant sa joue sur le tatouage après y avoir posé un petit baiser.

Elle savait qu’elle était sur le point d’atteindre son Eden, mais elle avait tant de souvenirs où elle avait été dans une situation proche et, à cause de l’une ou de l’autre, tout avait échoué. Elle sentit les bras de Francine l’enlacer.

Depuis qu’elle l’avait rejoint ici à Santa Fe, elle avait senti en son amie une nouvelle force ou une confiance qui n’avait jamais appartenu à Francine, même lors de cette soirée de gala où elle était allée, invitée par Freddy, dans l’espoir de voir Francine. Elle l’avait vue, radieuse, éclatante, au bras de son époux. Mais elle avait aussi remarqué après coup que les sourires qu’elle lançait généreusement n’atteignaient pas ses yeux. Elle l’avait trouvé vieillie et avait pensé qu’elles n’auraient plus rien en commun. Elle ne lui aurait pas avoué qu’elle se repassait en boucle un message que Francine avait laissé sur son répondeur pour la remercier d’avoir aidé sa mère à une époque où elles ne parlaient pas : le message finissait dans ces quelques mots murmurés « Mon Dieu, Katchoo, tu me manques tant ! »

Katchoo essaya de se libérer de tous ces souvenirs : Francine était dans sa chambre, dans ses bras, en partie nue. C’était une femme qui avait exigé qu’elle la reprenne dans sa vie et qui s’était presque entièrement déshabillée derrière une maison en vente pour prouver la sincérité de sa déclaration. Que savait sa psy en lui disant de tourner la page et de l’oublier ? Tout le monde savait qu’elles étaient destinées l’une à l’autre. David le savait. Il le lui avait encore répété au cours de ces folles heures où ils avaient espéré concevoir un enfant. Il l’avait écrit deux fois dans ses lettres lues en même temps que le testament.

Le monde entier le savait s’il avait vraiment pris le temps de voir les toiles qu’elle avait peintes et qui ne parlaient que de Francine.

Elle la sentit trembler. « Tu as froid ? » Elle était certaine qu’elle n’avait pas peur.

« La clim’ est un peu forte… »

« Nerveuse ? »

Francine eut un petit rire étranglé. « Oui et non… »

« Oui et non ? »

« Oui parce que ce sera la première fois que nous nous retrouvons comme ça… toi et moi… Mais en même temps, je sais enfin que je ne peux pas et ne veux pas être ailleurs. Je suis faite pour être ici, entre tes bras. Ma vie sans toi n’a aucun sens, aucune raison d’être… Je ne me pardonnerai jamais tout ce temps perdu par ma faute… »

Katchoo ne voulait pas que l’humeur sombre trop bas. « Ne dis pas ça ! Même si toutes ces années ont parfois été douloureuses, si au bout du compte, nous nous retrouvons là, à ce moment précis, alors je ne regrette rien. »

Francine se remémora certaines visions d’une vie sans Katchoo et savait qu’elle avait raison. Elle recula un peu tout en maintenant son étreinte. Katchoo releva la tête, un soupçon d’inquiétude au fond des yeux. Elle se pencha vers elle et prit possession de sa bouche. Elle tenta de mettre dans ce baiser tout son amour pour elle, sa confiance dans leur avenir, son assurance enfin dans ses sentiments. Katchoo but ce baiser comme la rescapée d’une traversée du désert qui aurait failli mal tourner.

Quand enfin le besoin d’air se fit sentir, elle demanda dans un souffle. « Je t’en prie Francine, aime-moi ! »

« Tout ce que tu veux… »

Francine se désengagea et commença à défaire les boutons de la chemise. Katchoo avait laissé ses mains sur les hanches de Francine et se mit à explorer ce corps somptueux.

Une caresse sur son ventre fit frissonner Francine. Depuis son arrivée à Santa Fe, elle avait l’impression qu’une de ses dernières étreintes avec Brad allait enfin porter ses fruits. Il faudrait qu’elle aille voir un médecin pour en être sûre. Mais la caresse de Katchoo avait soudain renforcé cette impression. Rien de physiologique, si elle était effectivement enceinte, c’était encore trop récent pour qu’elle sente quelque chose. C’était juste une certitude venue d’on ne sait où… une bénédiction pour cette nouvelle vie qui commençait pour elles.

Elle retira la chemise avec un peu de difficulté, Katchoo s’obstinant à ouvrir son pantalon en même temps. Elle s’attaqua ensuite à son soutien-gorge qui, par chance, s’ouvrait devant. Avec une aisance dont elle ignorait l’origine, elle libéra les seins de Katchoo. Le mouvement arrêta cette dernière dans son élan.

Francine sourit d’un air indulgent, mit ses mains dans son dos et se débarrassa de l’article de lingerie soudain encombrant.

Elles s’enlacèrent à nouveau, savourant en silence ce premier contact de peau contre peau, puis leurs lèvres se retrouvèrent, un peu plus désespérées.

Francine les entraîna vers le lit. Elles finirent de se dévêtir, puis s’allongèrent, Katchoo sur le dos, Francine à moitié sur elle. Elles recommencèrent à s’embrasser. Les mains allaient et venaient, découvrant, caressant quand soudain Francine se redressa légèrement en soupirant, les sourcils froncés.

« Ça ne va pas le faire… »

Katchoo crut que son cœur allait s’arrêter, mais s’empressa de rassurer sa presque amante.

« Ce n’est pas grave si tu n’es pas prête. Nous avons tout le temps devant nous. Ne t’en fais pas ! Nous pouvons nous offrir une petite sieste. »

Francine s’exclama alors. « Non, ce n’est pas ça. Je suis prête… plus que prête… c’est juste que… tout ce que j’ai lu sur Internet pour faire l’amour à une femme… passer à la pratique… »

Katchoo soupira à son tour… de soulagement et repoussa Francine sur le dos

« S’il n’y a que ça, laisse-moi te montrer ! »

(fondu enchaîné)

Francine et Katchoo

K : Alors ?
F : Oh ouais ! Ha ! Ha ! Putain ouais !
K : j’te l’avais dit.
F : Je ne peux pas croire que j’aie attendu si longtemps !
F : Tout ce temps où on aurait pu…
K : Ouaip
F : Katchoo… ?
K : Francie…
F : On a plein de chose à rattraper.
K : Je t’attends, bébé.
F : OK…, cette fois, je m’occupe de toi.
K : Ah… Mon rêve va enfin se réaliser.

Note de l’auteure : le dessin de Terry Moore est sorti alors que j’étais en train d’écrire cette FF. Plutôt que de tout réécrire, j’ai décidé d’adapter la fin de mon récit et de laisser le dernier mot au créateur cette fabuleuse série.

Fin
Juillet 2008

Retour aux Archives

© Styx63 – 2008

Publicités

Un commentaire »

  1. […] La Scène Manquante – SiP November 2008 […]

    Ping par Les stats de 2010 « Au bord du Styx — 3 janvier 2011 @ 20:45 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :