Au bord du Styx

4 février 2010

Compte-rendu : La Somnambule

Filed under: Compte-rendu,Musique,Opéra — Catherine @ 12:30
Tags:

Eh bien, la quinzaine écoulée aura été bellinienne sans même le chercher entre Norma (sur laquelle je ne reviendrai pas, mais j’ai quand même trouvé plusieurs critiques qui étaient dans le même état d’esprit que moi) et La Somnambule hier soir (sur laquelle je vais revenir), sans oublier I Capuleti e i Montecchi vu mardi soir grâce à une retransmission depuis l’Opéra Royal de Wallonie à Liège (et là, mon quart de sang wallon entame une danse de la victoire) en direct sur Internet (4 ou 6 € le billet suivant que la retransmission est SD ou HD) avec des commentaires en simultané chez Anik LaChev.

Pour ce dernier spectacle, je vous invite à lire le résumé sur Se Vuoi Pace qui reflète bien l’opinion générale du groupe avec qui j’ai « regardé » cet opéra ainsi que les observations d’Anik sur les interviews de Patriza Ciofi et de Laura Polverelli auxquelles on a eu droit pendant l’entracte. Il est possible de voir ce spectacle jusqu’au 6 février sur Opera Live.

Je trouve que c’est franchement une opération intéressante. Bien sûr, le Met propose au monde une partie de sa programmation. Mais tout le monde ne vit pas à proximité d’une salle où les œuvres sont retransmises et le prix d’une place, même si plus abordable qu’à l’Opéra, reste élevé.

Là, vous pouvez mettre votre chemise blanche, votre robe en lamé ou votre pyjama. Sortir le Coca, le popcorn ou votre bol de soupe, vous installer dans votre confortable fauteuil, les pieds sur le bureau (si c’est l’une de vos positions de détente préférée) et échanger des commentaires émus ou sarcastiques avec des personnes partageant une même vision que vous (se trouvant aux quatre coins de l’Europe et du monde) sans craindre de vous faire rabrouer par vos voisins.

Je crois que je mettrai cette expérience juste après un concert en direct en terme de satisfaction.

Hier soir, par contre, c’était une sortie plus traditionnelle (et la 2ème étape -ou 3ème si l’on tient compte de l’Opéra de Liège- de ma semaine lyrique) : La Somnambule de Bellini à l’Opéra Bastille.

Mettons les choses au point d’emblée, j’y allais pour Natalie Dessay ! Donc, elle aurait pu chanter une version musicale des pages jaunes ou des contines pour enfants, j’aurais été là. L’un de mes grands regrets est toujours de l’avoir manquée dans Lucia de Lamermoor en 2006 quand j’étais clouée au lit.

La Somnambule… l’argument tiendrait presque sur un ticket de métro, mais je vous laisser aller le lire si vous ne connaissez pas déjà. Finalement, je ne vais pas critiquer. Combien d’opéras ont un argument des plus légers qui ne servent de prétextes qu’à une belle musique et de belles voix.

La musique était interprétée par l’Orchestre de l’Opéra de Paris dirigé par Evelino Pidò et je n’ai pas entendu de fausses notes. Je laisserai à d’autres plus calés de dire ce qu’ils en ont éventuellement pensé.

une Somnambule au Met de NY avec N. Dessay et Juan Diego Florez- vidéo de thecelticspirit

Pour la mise en scène (créée en 2001 pour le Staatsoper de Vienne), le petit village suisse et son auberge ont été transformés en palace/sanatorium de grand luxe, déco façon années 20, les chœurs étant partagés en clients et personnels de l’hôtel (en costumes plus ou moins helvétiques). La première surprise passée, ça passe plutôt bien (une seconde à sourire cependant dans la deuxième scène de somnambulisme  quand Amina, endormie, est supposée faire de l’équilibre sur le toit du « moulin » de sa mère).

(idem)

Pour les voix enfin : J’ai particulièrement remarqué celle de la mezzo roumaine Cornelia Oncioiu, chaude et puissante, interprétant Teresa, la mère d’Amina ainsi que celle de Michele Petrusi dans le rôle  du comte Rodolfo.

Javier Camarena, ténor mexicain, tenant le rôle d’Elvino, le fiancé d’Amina, ne m’a pas totalement convaincue. Il avait peut-être attrapé la pharyngite dont a souffert N. Dessay, mais dans ses notes les plus aigües, ce n’était pas ça. En fait, dans son dernier grand air, j’ai même l’impression qu’il a coupé son élan, sentant qu’il ne pouvait aller jusqu’au bout. Ça a donné quelque chose de bizarre…

Quant à la Dessay… Moi, quand j’ai une pharyngite, ce n’est pas beau à entendre même quelques jours après quand c’est supposé aller mieux. Elle… elle est éblouissante. Dans son premier air, il y a peut-être eu une ou deux hésitations, pas de fausses notes, même pas sur des notes aigües, juste une ou deux fois où ça sonnait bizarre, le temps qu’elle se mette en condition. Mais une fois lancée… magique.

Le public était également venu pour elle. Il y a longtemps que je n’avais vu autant d’habits de soirée, nœuds pap’ et robes du soir. J’ai même aperçu un ancien ministre de la culture quelques rangs devant moi. Il faut dire que là, j’avais une place au parterre, un strapontin, mais bien situé. En fait, je me suis même dit que le strapontin de l’Opéra Bastille était plus confortable que des siège de première catégorie ailleurs (et j’avais de la place pour les jambes). Le seul reproche à faire à ce public, c’est qu’il a applaudi à tout bout de champs. En fin de scène, ça va encore, mais quand il n’attend même pas la fin de la  scène, ça dérange. Et je ne suis pas sûr que l’interprétation, très bonne par ailleurs, ait justifié cette débauche de bruit. Enfin, si ma seule vraie critique est pour le public, ce n’est pas dramatique !

Ce soir, Orfeo 55 (Vivaldi et Haendel) et ce sera tout jusqu’au 14/2.

That’s all, Folks !

Publicités

6 commentaires »

  1. …Orfeo 55 tonight? *faints* Lucky you!

    Looking forward to your review on that one, along with the rest of the gang! (Sorry about commenting in English, the constant frost must have killed the last few neurons of my brain that were capable of producing French phrases…)

    Commentaire par Anik LaChev — 4 février 2010 @ 13:07 | Réponse

    • No trouble for commenting in english. For the review… tomorrow, same bat-time, same bat-channel 😉

      Commentaire par Styx — 4 février 2010 @ 18:46 | Réponse

  2. I feel so sad and so happy at the same time – sad for me and oh so happy for you…. though at least I have my Bartoli in London next December tickets to keep me warm… Have a great time Styx – though obviously given that it’s Orfeo 55 I’d say that was a bit redundant !!

    Commentaire par puritymccall — 4 février 2010 @ 13:34 | Réponse

    • It should be great. Murielle saw them again a few days ago and is still as enthusiastic as before.

      Commentaire par Styx — 4 février 2010 @ 18:48 | Réponse

  3. Juste un petit mot pour vous dire que l’opera I Capuleti e i Montecchi sera disponible jusqu’au 12 février. Il y toujours des tickets disponible, pour un opera, ou toute la série.

    Commentaire par sofie — 5 février 2010 @ 09:10 | Réponse

    • Merci pour l’info 🙂

      Commentaire par Styx — 5 février 2010 @ 10:25 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :