Au bord du Styx

17 décembre 2009

Nostalgie ?

Filed under: blabla,Ciné-TV,LGBT,Livres-BD — Catherine @ 10:47

Bonjour,

Je ne sais pas si c’est l’arrivée des fêtes de fin d’année, le fait d’avoir un an de plus depuis quelques jours ou quoi, mais je me mets à réfléchir sur certains de mes comportements consuméristes (ce que j’achète, quoi !) et je m’interroge sur mes motivations. Je me demande si, l’âge venant, je ne me fais pas une grosse crise de nostalgie.

Nostalgie : nom féminin singulier – tristesse due à l’éloignement de son pays natal, regret pour le passé (définition du dictionnaire)

Ai-je du regret pour le passé ? Je n’en suis pas à dire que dans ma jeunesse, ça ne se passait pas comme ça, mais je commence parfois à le penser !

Mais parallèlement, pour tous mes gadgets technologiques, je ne renierai jamais les 11 ou 12 dernières années (si on s’en tient à Internet, car si l’on parle d’ordi, on peut même dire les 30 dernières années : je vous entends déjà compter dans vos têtes… mais oui, grâce à un petit frère très précoce, l’ordinateur est entré dans la vie de la famille alors que le PC « Personnal Computer » n’en était qu’à ses balbutiements).

Alors, comment a commencé cet état introspectif ?

Je crois déjà avoir dit (sûrement à l’occasion du précédent album) que j’aimais la série des Blake et Mortimer. J’ai lu récemment que pour certains, la série commençait à dater, avec les anglicismes, les dialogues et les cadres narratifs faisant un tiers des vignettes etc… Moi, j’aime bien. Lire un B & M, c’est LIRE.

A l’automne, en attendant la sortie de l’album, je réalisais que celui-ci avait été dessiné par Sterne. Et ça, ça m’a renvoyé vingt bonnes années en arrière car Sterne dessinait une série que j’aimais bien : Adler. Il y avait le style « ligne claire », le côté « aventures », le côté « historique », le côté « avions d’époque » (ça, j’en parlerai peut-être une autre fois). Plein de facteurs qui,  jeune adulte, me plaisaient bien et expliquent, à l’époque, l’achat des premiers albums. Mais Sterne était un dessinateur lent et le Journal de Tintin a disparu des kiosques. Tout ça pour dire que quand j’ai jeté un œil à ma collection d’albums d’Adler, celle-ci  n’était pas vraiment à jour. J’ai rectifié le tir en achetant l’intégrale en deux volumes (comprenant les 10 albums). J’ai pris énormément de plaisir à lire ou relire tous ces récits (et j’ai ressenti le regret du lecteur qui n’aura pas d’autres histoires à se mettre sous la dent quand j’ai appris que Sterne était mort prématurément alors qu’il dessinait B&M.)

Alors, nostalgie ?

Ma réflexion s’est poursuivie avec les films d’arts martiaux asiatiques. Quand j’étais jeune ado, Bruce Lee était considéré comme un demi-dieu (surtout après sa mort en 1973). Une année, une collection d’images à collectionner (et échanger) est sortie consacrée au kung-fu, aux arts martiaux et à Bruce Lee. Des quelques albums d’images que j’ai pu faire, celui-ci est le seul que j’ai complété intégralement (et je suis sûre qu’en cherchant bien, je peux encore le retrouver dans mon b… bazar). Par contre, pas question de voir les films. Ils passaient dans des salles parisiennes spécialisées où mes parents n’auraient jamais mis les pieds et m’avaient donc interdit d’y aller. Et au moins pour ça, je les écoutais. Donc, cours de judo pendant plusieurs années, mais pas de films de kung-fu karaté comme on disait dans ce temps là.

Mais la mondialisation est passée par là, les DVD également. Les amateurs de ces films, qui devaient avoir le mêmes âges que moi, sont arrivés aux manettes de sociétés de production/diffusion. Et soudain, le meilleur des films de la Shaw Brothers est disponible (et ils sont même diffusés sur les chaînes cinéma du câble). De L’Hirondelle d’Or, Les Quatorze Amazones ou  La 36ème  Chambre de Shao-Lin à Hero, Tigre et Dragon ou Les Trois Royaumes, je commence à avoir une belle petite collection.

Alors, nostalgie ?

Mon premier réflexe, causé par un début de migraine, a été de dire, je m’en moque.

Mais finalement, ma réponse a été : non. La nostalgie, c’est du regret et nooooon, rien de riennnnn... Mes goûts ont évolué, mais il y a des choses que j’appréciais plus jeune et que j’aime toujours. L’avantage maintenant est que j’ai les moyens d’assouvir ces plaisirs (Même si ça peut sembler étrange chez une femme de… bon, je ne peux plus trop dire d’une petite quarantaine d’années).

Pour finir, un lien vers un article d’un nouveau (pour moi) site qui peut faire concurrence à After Ellen. Ce site, Autostraddle, existe depuis 3 ans, mais semble avoir passé la vitesse supérieure au printemps de cette année (si on s’en tient au nombre de billets par mois d’après les archives du site). Et je constate que je vais de plus en plus souvent voir ce qui s’y passe alors qu’After Ellen me déçoit un peu depuis un certain temps.

Enfin, revenons à nos moutons : un article hier a démontré comme le comics Dykes to Watch Out For (dont je vous ai déjà parlé) était en fait un précurseur de la série The L Word. Les preuves de cette conclusion : une analyse des personnages et leur correpondance dans l’une et l’autre série. Intéressant.

Dernier point, qui va faire mal : La suite du Chevalier pour Noël… Je n’en suis pas sûre. Mais d’ici la fin de l’année, oui. Sorry.

That’s all, Folks !

Publicités

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.