Au bord du Styx

31 décembre 2009

Au Dix, l’an neuf !

Filed under: blabla — Catherine @ 14:02

OK ! très mauvais jeu de mot.

Mon excuse ? La tête encore dans le coton… (Donc les fêtes continueront d’être réduites à leur plus simple expression)

En attendant, tous mes vœux pour la nouvelle année. Que celle-ci soit pleine de lectures, de musiques, d’affection (et de tout ce qui vous fait généralement plaisir) !

That’s all, Folks !

29 décembre 2009

Le Chevalier

Filed under: Ecriture,femslash,Opéra,Projet 8 — Catherine @ 17:44

Bonjour,

J’espère que votre Noël se sera mieux passé que le mien. Je suis partie jeudi pour réveillonner chez ma mère. Je devais y passer la nuit puisqu’après, on allait chez mon frère (et voir le premier Noël de mon neveu). Finalement, j’ai passé Noël et les trois jours suivants à dormir et boire de la tisane bien chaude. Chez ma mère. Ce n’est pas la grippe, mais c’est un sacré coup de froid. Pas de boulot aujourd’hui  ni demain (pas de kiné hier).

Aujourd’hui, comme ça va quand même un chouïa mieux, je me suis penchée sur le Chevalier. Même si ce n’est pas exactement ce que je voulais (toutes mes sources sont chez moi), ça vous donnera quand même quelque chose à lire. Je remercie Doc Fanfan qui a su m’aider à garder les développements possibles et à laisser tomber les trucs trop farfelus.

Donc, comme je l’ai déjà écrit, le premier acte a été légèrement modifié et vous avez ensuite les deux-tiers du deuxième acte ICI.

Dans un registre à peine différent, l’émission consacrée à Cecilia Bartoli sur France 3 la semaine dernière peut se retrouver sur Youtube (le premier segment ici ). Vous pouvez remercier Purity pour y avoir fait allusion dans un commentaire. Mon esprit enfiévré attendait encore que France 3 le mette en ligne. Ridicule, non ?

Alors, bonne lecture. Moi, je vais mettre un cataplasme.

That’s all, Folks !

24 décembre 2009

Joyeuses Fêtes !

Filed under: blabla,Opéra — Catherine @ 08:12

Le documentaire hier soir consacré à Cecilia Bartoli était très intéressant. Plein d’extraits filmés tout au long de sa carrière qui montrent son talent précoce et comment elle a abordé un répertoire après l’autre grâce à des rencontres ou sa propre volonté (particulièrement son approche de la musique baroque quand elle a décidé de faire l’album Vivaldi, puis les enregistrements consacrés à l’art des castrats).

On peut espérer que sa maison de disques continue de lui faire confiance quand elle voudra parcourir des chemins moins bien balisés puisque Sacrificium serait déjà disque de platine en France et dans plusieurs autres pays européens. Il y a beaucoup de disques classiques qui sont disque de platine ?

Je vais essayer de m’occuper du Chevalier ce week-end (sans promesse toutefois car je commence une sérieuse rhinopharyngite… bonjour les fêtes !)

En attendant, je souhaite à tout le monde un Joyeux Noël  et je vous invite à aller voir la carte que je vous ai réservée !

That’s all, Folks !

23 décembre 2009

Cecilia Bartoli à Pleyel

Filed under: Opéra — Catherine @ 17:08
Tags:

Merci à Purity (de Se Vuoi Pace) qui m’apprend qu’une représentation supplémentaire du Giulio Cesare de Haendel vient d’être programmée Salle Pleyel. Ça se passera le dimanche 14 février 2010 à 13 h.

Distribution prestigieuse (ce qui explique pourquoi je n’avais pas réussi à avoir de billet pour les deux premières dates programmées) :

Les Arts Florissants dirigés par William Christie, Cecilia Bartoli, Andreas Scholl, Nathalie Stutzmann. Philippe Jaroussky participe aux deux premiers concerts. Sera-t-il disponible le 14 ? Il y a un point d’interrogation pour l’instant.

Enfin, il y a 30 minutes, j’ai pu réserver une place. S’il y en a qui sont intéressé-es…

Et n’oubliez pas ce soir sur France 3…

That’s all, Folks !

22 décembre 2009

Cecilia Bartoli sur France 3

Filed under: Ciné-TV,Opéra — Catherine @ 20:36
Tags:

Merci à Murielle pour l’info : les fans peuvent profiter d’une heure de plus avec Cecilia Bartoli sur France 3 demain mercredi 23 décembre à 23 heures.

Un court extrait ici.

Que les amatrices de musique classique en profitent !

That’s all, Folks !

18 décembre 2009

Cecilia Bartoli sur Arte

Filed under: Ciné-TV,Opéra — Catherine @ 23:00
Tags:

Mise à jour au 21/12/09 : On peut effectivement revoir l’émission sur Arte +7. Il s’agit en fait de la sélection de plusieurs morceaux emblématiques de Sacrificium, interprétés par C. Bartoli au Palais Royal de Caserte, dans son costume de scène. Belle musique, belles images : 45 minutes de plaisir pour les fêtes. En cadeau, Son qual nave de Broschi et Ombra mai fu de Handel (qui se trouvent sur le CD Bonus), mais qui n’ont pas été chantés lors du concert parisien auquel j’ai assisté.

En jetant un coup d’œil à mon programme TV pour la semaine prochaine, j’observe qu’Arte diffuse ce dimanche (20 décembre) à 19 h  une émission de 45 minutes (seulement !!) consacrée à Cécilia Bartoli et sa dernière série de concerts. Et si on a de la chance, ça repassera peut-être sur Arte +7.

That’s al, Folks !

17 décembre 2009

Nostalgie ?

Filed under: blabla,Ciné-TV,LGBT,Livres-BD — Catherine @ 10:47

Bonjour,

Je ne sais pas si c’est l’arrivée des fêtes de fin d’année, le fait d’avoir un an de plus depuis quelques jours ou quoi, mais je me mets à réfléchir sur certains de mes comportements consuméristes (ce que j’achète, quoi !) et je m’interroge sur mes motivations. Je me demande si, l’âge venant, je ne me fais pas une grosse crise de nostalgie.

Nostalgie : nom féminin singulier – tristesse due à l’éloignement de son pays natal, regret pour le passé (définition du dictionnaire)

Ai-je du regret pour le passé ? Je n’en suis pas à dire que dans ma jeunesse, ça ne se passait pas comme ça, mais je commence parfois à le penser !

Mais parallèlement, pour tous mes gadgets technologiques, je ne renierai jamais les 11 ou 12 dernières années (si on s’en tient à Internet, car si l’on parle d’ordi, on peut même dire les 30 dernières années : je vous entends déjà compter dans vos têtes… mais oui, grâce à un petit frère très précoce, l’ordinateur est entré dans la vie de la famille alors que le PC « Personnal Computer » n’en était qu’à ses balbutiements).

Alors, comment a commencé cet état introspectif ?

Je crois déjà avoir dit (sûrement à l’occasion du précédent album) que j’aimais la série des Blake et Mortimer. J’ai lu récemment que pour certains, la série commençait à dater, avec les anglicismes, les dialogues et les cadres narratifs faisant un tiers des vignettes etc… Moi, j’aime bien. Lire un B & M, c’est LIRE.

A l’automne, en attendant la sortie de l’album, je réalisais que celui-ci avait été dessiné par Sterne. Et ça, ça m’a renvoyé vingt bonnes années en arrière car Sterne dessinait une série que j’aimais bien : Adler. Il y avait le style « ligne claire », le côté « aventures », le côté « historique », le côté « avions d’époque » (ça, j’en parlerai peut-être une autre fois). Plein de facteurs qui,  jeune adulte, me plaisaient bien et expliquent, à l’époque, l’achat des premiers albums. Mais Sterne était un dessinateur lent et le Journal de Tintin a disparu des kiosques. Tout ça pour dire que quand j’ai jeté un œil à ma collection d’albums d’Adler, celle-ci  n’était pas vraiment à jour. J’ai rectifié le tir en achetant l’intégrale en deux volumes (comprenant les 10 albums). J’ai pris énormément de plaisir à lire ou relire tous ces récits (et j’ai ressenti le regret du lecteur qui n’aura pas d’autres histoires à se mettre sous la dent quand j’ai appris que Sterne était mort prématurément alors qu’il dessinait B&M.)

Alors, nostalgie ?

Ma réflexion s’est poursuivie avec les films d’arts martiaux asiatiques. Quand j’étais jeune ado, Bruce Lee était considéré comme un demi-dieu (surtout après sa mort en 1973). Une année, une collection d’images à collectionner (et échanger) est sortie consacrée au kung-fu, aux arts martiaux et à Bruce Lee. Des quelques albums d’images que j’ai pu faire, celui-ci est le seul que j’ai complété intégralement (et je suis sûre qu’en cherchant bien, je peux encore le retrouver dans mon b… bazar). Par contre, pas question de voir les films. Ils passaient dans des salles parisiennes spécialisées où mes parents n’auraient jamais mis les pieds et m’avaient donc interdit d’y aller. Et au moins pour ça, je les écoutais. Donc, cours de judo pendant plusieurs années, mais pas de films de kung-fu karaté comme on disait dans ce temps là.

Mais la mondialisation est passée par là, les DVD également. Les amateurs de ces films, qui devaient avoir le mêmes âges que moi, sont arrivés aux manettes de sociétés de production/diffusion. Et soudain, le meilleur des films de la Shaw Brothers est disponible (et ils sont même diffusés sur les chaînes cinéma du câble). De L’Hirondelle d’Or, Les Quatorze Amazones ou  La 36ème  Chambre de Shao-Lin à Hero, Tigre et Dragon ou Les Trois Royaumes, je commence à avoir une belle petite collection.

Alors, nostalgie ?

Mon premier réflexe, causé par un début de migraine, a été de dire, je m’en moque.

Mais finalement, ma réponse a été : non. La nostalgie, c’est du regret et nooooon, rien de riennnnn... Mes goûts ont évolué, mais il y a des choses que j’appréciais plus jeune et que j’aime toujours. L’avantage maintenant est que j’ai les moyens d’assouvir ces plaisirs (Même si ça peut sembler étrange chez une femme de… bon, je ne peux plus trop dire d’une petite quarantaine d’années).

Pour finir, un lien vers un article d’un nouveau (pour moi) site qui peut faire concurrence à After Ellen. Ce site, Autostraddle, existe depuis 3 ans, mais semble avoir passé la vitesse supérieure au printemps de cette année (si on s’en tient au nombre de billets par mois d’après les archives du site). Et je constate que je vais de plus en plus souvent voir ce qui s’y passe alors qu’After Ellen me déçoit un peu depuis un certain temps.

Enfin, revenons à nos moutons : un article hier a démontré comme le comics Dykes to Watch Out For (dont je vous ai déjà parlé) était en fait un précurseur de la série The L Word. Les preuves de cette conclusion : une analyse des personnages et leur correpondance dans l’une et l’autre série. Intéressant.

Dernier point, qui va faire mal : La suite du Chevalier pour Noël… Je n’en suis pas sûre. Mais d’ici la fin de l’année, oui. Sorry.

That’s all, Folks !

7 décembre 2009

La Flemme

Filed under: Livres-BD,Opéra — Catherine @ 09:33
Tags: ,

Aujourd’hui, j’ai la flemme. J’ai le droit, c’est mon anniversaire, même si je ne vais pas vraiment profiter de cette envie de ne rien faire vu la tête du rapport que je dois pondre pour remplir ma demi-journée de travail à la maison.

Hier, j’ai reçu mon cadeau. Une folie que j’hésitais à faire en septembre. Comme je réfléchissais à haute voix au téléphone, avec ma mère à l’autre boiut du fil, celle-ci me libéra de mon tourment en déclarant qu’elle allait me l’offrir. Je l’ai juste aperçu quand il est arrivé, pour vérifier que ça correspondait à la commande. Mais maintenant, il est enfin entre mes petites mains avides !

L’édition définitive (limitée, numérotée, signée) de Strangers in Paradise, série dont j’ai déjà dû vous parler une fois ou deux. 😉

Edition Omnibus de "Strangers in Paradise"

Couverture de l'Intégrale SiP (c) Terry Moore

Tiens, en parlant de Terry Moore, je constate que les éditeurs français sont un peu plus futés avec son dernier opus et Delcourt a commencé à publier Echo. Si vous aimez le fantastique/SF, les road movies, jetez donc un coup d’oeil à Echo ! De plus, Terry Moore, une fois de plus, choisit une femme comme personnage principal avec d’autres personnages féminins plutôt intéressants à côté (je ne vais pas dire pour autant que ça se finira comme SiP). Et c’est vraiment bien dessiné. Il n’y a donc pas de raison de bouder son plaisir.

Mais je sens la flemme revenir. Alors de façon exceptionnelle, je vais laisser place à une contribution invitée. Ce que j’aime avec Internet, c’est l’ouverture que cela permet, les liens nouveaux qui peuvent se tisser. Parce que sur un autre blog parlant d’opéra, il était fait mention d’une formation appelée Orfeo 55, une lectrice récente du blog m’a fait part qu’elle avait assisté, il y a quelques jours, à l’un de leurs concerts et je lui ai demandé d’en parler.

Voici donc le commentaire de Murielle (english translation in the coming days) :

Samedi 28 novembre 2009 : en route vers la salle de l’Arsenal à Metz pour écouter Orfeo 55.

L’ensemble y est actuellement en résidence. Le programme annonçait le Stabat Mater de Pergolèse, alors impossible de résister.

La salle en bois clair est chaleureuse. Les musiciens s’avancent, ils sont douze et je découvre la théorbe que je n’avais jamais vue.

Un peu de patience… la « maestra » arrive.

ça commence par une mise en bouche, une Synfonia en fa majeur : trois mouvements pour entrer dans la musique instrumentale de Pergolèse.

Ensuite c’est le Salve Régina, voila j’écoute et je regarde cette femme qui dirige son orchestre et chante. Sa voix de contralto est si particulière. C’est magnifique.

Elle dirige avec des mains comme des algues, et quand elle chante, c’est tout son corps qui participe, ses pieds et ses mains bougent, se posent sur ses jambes et j’ai pensé : sa colonne vertébrale est libre et le chant la traverse.

Pour la Cantate Orfeo (petit clin d’œil au nom de son orchestre) encore connue sous le nom de Nel chuiso centro  une nouvelle voix s’élève : celle de Lisa Larsson, cantatrice suédoise, avec ses récitatifs sur la souffrance d’Orfée. Que de changements de rythme mais dans les arias, la voix exprime à merveille la quête d’Eurydice. (petit extrait ci-dessous).

A près l’entracte, c’est le moment tant attendu : le Stabat mater

Les voix de la contralto et de la soprano s’entrelacent.

Equilibre des voix et contraste des corps: Lisa Larsson en robe longue, blonde, grande, droite et solaire, et Nathalie Stutzmann, brune, en costume, plus terrienne, dont le corps bouge pour mieux ressentir et exprimer l’émotion de cette musique sacrée.

Moment suspendu, duos et solos alternent, et après l’explosion du final « Amen », je reste sous le charme.

Nathalie Stutzmann voulait sensibiliser le grand public à l’émotion musicale de la musique baroque, et ouvrir l’opéra aux plus grand nombre : c’est réussi, même les enfants étaient là.

Voici sur une séance de répétition de la cantate Orfeo à l’Arsenal .


Merci Murielle. 😉

Ah ! J’allais oublier ! D’ici Noël, je mettrai en ligne la suite du Chevalier. Ma super bêta-lectrice vient de me renvoyer le tout, corrigé, mais j’ai encore un peu de travail à faire dessus.

Un dernier ajout : je vous invite à jeter un coup d’œil au dessin d’actualité du jour de Martin Vidberg (et à tout son blog et son œuvre de façon générale)

Bonne semaine.

That’s all, Folks !

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.