Au bord du Styx

28 juin 2009

Drabble Mème : Pour Fausta

Version relue et définitive dans les Archives

Je pensais que j’aurais pu les écrire avant de partir : ce ne fut pas le cas. Je pense qu’ils sont quand même meilleurs maintenant (par rapport à ce que j’aurais pu faire avant)

La première phrase (en gras) est le prompt donné par Fausta pour chacun de ces drabbles (soit des mini-fics de 200 à 300 mots – suivant les sites, la définition du compte de mots diffère).

1.

Une chaussette sale accueillit Seven en plein visage. Elle redressa encore plus son dos, son maintien déjà parfait et regarda le Capitaine d’un air attentif. D’aucun auraient pu dire d’un air hautain ou ennuyé. Certains, connaissant mieux Seven, aurait pu y distinguer une lueur facétieuse.

La chaussette fut suivie d’une tirade sur un ton énervé. « Pourquoi notre chambre s’est-elle transformée en  dortoir pour adolescents sans surveillance ? »

Seven leva un sourcil, comme si la réponse était évidente. « Tu m’as dit que pour retrouver toute mon humanité, il faudrait peut-être que je recrée les étapes de la vie que j’ai perdue avec les Borgs. J’en suis à la période « Université » et j’ai cru comprendre que laisser des chaussettes sales sur le sol de la chambre était un paramètre indispensable au processus. »

« Mais tu ne portes même pas de chaussettes ! »

Le front de Seven se rida imperceptiblement, la jeune femme repensant à ses propres réflexions lorsque elle décida d’aborder cette étape. « C’est exact et ceci n’a pas manqué de me poser quelques difficultés… »

« Et…? »

« Et l’enseigne Cooper a bien voulu me prêter l’une de ses paires de chaussettes dans la mesure où elles correspondaient le mieux aux besoins de l’expérience. »

Le Capitaine ferma les yeux, regrettant qu’il soit trop tard pour boire une tasse de café.  (215 mots)

2.

« Borg, ton heure est venue. »

Seven passa sa main sur son front couvert de sueur alors que ses nanoprobes fonctionnaient en surrégime pour maintenir l’équilibre physiologique de son corps. Elle doutait de l’affirmation proférée par B’Elanna Torres, chef ingénieur à bord de l’USS Voyager, mais si cela participait de son conditionnement mental, elle n’avait rien à dire. Par contre, elle se félicita une fois de plus de lui avoir demandé de faire régulièrement une partie de Velocity. Outre le fait que cela permettait de purger en partie le fond d’agressivité qui se mêlait par ailleurs à leurs échanges professionnels, ceci donnait à Seven l’entraînement supplémentaire dont elle était sûre d’avoir besoin pour arriver un jour à battre le Capitaine à ce même sport. (123 mots)

3.

« Scotty, une personne à téléporter. »

Seven fit courir rapidement ses mains sur ce modèle définitivement obsolète de console et enclencha le processus de téléportation. Sa femme de quelques mois apparut, portant un ancien uniforme de capitaine de couleur verte avec des galons dorés aux manches.

Elle pensa que le rouge lui allait vraiment mieux.

Mais elle était prête à tout pour que son Capitaine et épouse se détende de temps en temps. Et si ces moments de détente devaient se traduire par la recréation dans l’holodeck d’anciennes missions du Capitaine Kirk et de l’équipage du premier vaisseau USS Enterprise 1701, Seven endosserait à nouveau l’accent écossait du Chef ingénieur Scott même si secrètement, elle préférait la logique de Monsieur Spock (et puis Kirk et Spock… il y avait sûrement des histoires à raconter.) (132 mots)

4.

« La Fédération est prête à négocier pour ce genre d’objet… »

Le Capitaine Janeway ne savait pas exactement ce que c’était, mais quand son interlocuteur l’avait présenté au milieu d’autres gadgets en offre d’indemnité pour l’aide apportée par l’USS Voyager à son vaisseau, elle avait vu Seven of Nine devenir complètement obnubilée par cet objet de forme oblongue, mais que pour sa part, elle ne pouvait identifier. Seven, ancien drone borg, actuel officier astrométrique et Chef officieux du département des sciences du vaisseau, et de façon encore plus officieuse, sa maîtresse depuis quelques semaines… Pour un observateur occasionnel ou quelqu’un qui ne la connaissait pas, Seven semblait parfaitement désintéressée par l’objet. Elle avait regardé chacun des systèmes présentés sauf celui-ci. Elle l’ignorait franchement. Mais quand il avait été posé sur la table, le Capitaine avait senti la soudaine tension dans la jambe placée contre la sienne, l’avance millimétrée de son torse et le léger frémissement de sa bouche qui, chez une autre personne, aurait pu former un « oh ! » d’étonnement.

Au bout de quelques heures, tous ces matériels ainsi que quelques cartes et informations sur des zones qu’allait aborder Voyager avaient changé de propriétaire.

Quand les deux femmes furent enfin seules, Kathryn Janeway voulut enfin satisfaire sa curiosité. Elle prit l’objet dans sa main et le présenta à Seven. « Et ceci, ça nous permettra enfin d’obtenir la trans-distorsion ? »

Seven leva imperceptiblement un sourcil. « C’est une façon de voir. »

Le capitaine insista. « Mais combien de temps va-t-on gagner pour le retour ? »

Même Seven ne pouvait cacher son incompréhension. « Je ne sais pas. Tout dépend de l’usage qui en sera fait… »

A ce moment, le Capitaine se dit qu’elle aurait peut-être dû demander une pause dans les négociations et recueillir de vive voix les avis de ses officiers. « Alors, qu’est-ce ? »

Seven ne retint pas un léger sourire. « C’est excessivement rare dans cette partie du Quadrant Delta. Cela vient de Derivulan, l’équivalent de la planète Risa dans un secteur de ce Quadrant que nous n’auront pas l’occasion d’approcher. C’est un module d’épanouissement personnel. Je te montrerai comment ça marche ce soir si tu ne finis pas trop tard… » (357 mots)

5.

« Capitaine, la nébuleuse est proche. »

« J’ai vu, Tom. Continuez ! »

« Mais Capitaine… Seven dit que ça… »

« Lieutenant Paris, je ne souhaite pas me répéter. »

« A vos ordres Capitaine ! »

« Monsieur Kim, de nouvelles informations ? »

« Non Capitaine, les senseurs ne lisent rien d’anormal. »

« Monsieur Tuvok, quelque chose à ajouter ? »

« Nous sommes toujours pourchassés. Cependant nous bénéficions encore d’une certaine marge nous donnant le temps d’étudier d’autres solutions. »

« Continuez de surveiller ! Chakotay ? »

« Kathryn, ne devrions-nous pas faire preuve de prudence ? Si même les cubes borgs ne se risquent pas dans cette nébuleuse… »

« Continuez Monsieur Paris, même vitesse ! »

Les regards de Tuvok et Chakotay se croisèrent. L’humeur général du Capitaine s’était grandement améliorée depuis qu’elle avait reconnu les sentiments qu’elle avait pour Seven et qui était partagés. Tout allait même encore mieux depuis que Seven avait emménagé dans les quartiers du Capitaine.

Mais cette situation était nouvelle… Selon les sources les mieux informées, le capitaine dormait sur le canapé depuis trois jours pour quelque chose qu’elle aurait fait (ou n’aurait pas fait selon d’autres sources). Il fallait cependant régler ce problème rapidement car le Capitaine ne pouvait continuer d’ignorer systématiquement ce que pouvait lui dire son officier astrométrique. (201 mots)

Publicités

2 commentaires »

  1. J’adore !!
    Merci beaucoup ! C’est exactement à ça que je pensais quand je t’ai donné les prompts 🙂

    Commentaire par fausta88 — 30 juin 2009 @ 11:36 | Réponse

    • Alors, c’est super ! Tes prompts invitaient franchement à la mini-fic 😉

      Commentaire par Styx — 30 juin 2009 @ 19:09 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :