Au bord du Styx

19 mai 2007

Projet 12 – Ch. 3

Filed under: Ecriture,femslash,Heroic Fantasy,Projet 12 — Catherine @ 21:41

Et voici un nouveau chapitre. J’espère que ça continuera de vous plaire. 😉

Chapitre 3

Cela faisait maintenant deux jours que le bateau longeait une falaise. Il n’y avait plus de port d’ici la traversée du détroit. En effet, la côte n’était plus qu’un immense mur de pierre, constitué du flanc de la montagne tombant à pic dans les flots.

La légende voulait que lors de la grande guerre des cieux ayant opposé une partie des dieux aux forces démoniaques, le dieu Bor, d’un coup d’épée, avait coupé en deux la montagne, laissant la mer pénétrer par la brèche et balayant sur son passage les armées du mal. Bor et les quatre dieu et déesses ayant combattu à ses côtés étaient devenus les protecteurs de l’empire.

Du coup d’épée légendaire restaient une multitude d’îlots et de récifs extrêmement dangereux. Des passages étaient connus, mais même avec une carte fiable, bien des navires s’échouaient, un coup de vent aussi soudain que violent les ayant drossé sur des rochers. C’est la raison pour laquelle les échanges avec la Myrilie se faisaient par voie de terre, d’imposantes caravanes traversant les monts Ulerahan.

Au-delà du détroit, la mer était très violente, comme si les flots voulaient encore s’attaquer à la montagne.

Au sud de la Medrihanie se trouvait le désert de Kemo qui venait s’échouer au pied des Monts Eleraldan. Les explorateurs qui avaient réussi à traverser le désert, n’avaient trouvé que quelques passages étroits et dangereux à travers la montagne, passages en aucun cas exploitables de façon commerciale.

Ainsi protégée par la mer et la montagne, la région d’Ysharmir, dépendant de l’empire sur le papier, évoluait en toute indépendance.

Ysharmir était une plaie dans le flanc de l’empire car l’empire ne savait pas grand-chose de ce qui pouvait s’y passer alors qu’Ysharmir était au courant des hauts et bas de l’empire grâce aux informations fournies par quelques aventuriers qui bravaient les dangers ou des réfugiés assez désespérés pour ne pas avoir peur de la mort.

Les histoires les plus fantastiques courraient sur la province. Pour les uns, c’était un espace de liberté, pour les autres, il y régnait la violence et l’anarchie et les dieux avaient détourné leur regard de la région. C’était donc un endroit à éviter…sauf si on voulait vraiment s’y rendre.

Tamoryn avait entendu tous les récits. Nombreux étaient les marins ayant disparu lors de naufrage et dont on disait qu’ils étaient réapparus de nombreux cycles plus tard après un séjour en Ysharmir.

Le jeune capitaine ne voulait pas penser à un quelconque accident, mais les prochains jours allaient être dangereux. Le vent avait faibli et l’arrivée devant le détroit était prévue à la nuit tombée. Il faudrait trouver un mouillage protégé et repartir le lendemain avec le levé de soleil.

Depuis l’incident de la veille, la situation avait un peu évolué. Au moment des repas, Daroh venait maintenant avec sa jeune maîtresse qui passait quelques instants sur le pont à marcher avant de retourner dans la cabine pour manger. Si aucun mot n’était échangé, Tamoryn se sentait néanmoins un peu rassurée de voir que la jeune fille ne semblait pas prisonnière. Sa recommandation avait été également suivie et l’ancienne novice portait maintenant une tunique courte coupée simplement et un petit turban serré qui emprisonnait sa chevelure.

Sur ces considérations positives, elle ne put s’empêcher de sourire en réponse à l’attitude plutôt bougonne de Track qui s’approchait d’elle.

« Tout se passe bien matelot ? »

« Si le temps se maintient, oui. Mais tu sais que dans les Colonnes, nous ne sommes pas assez nombreux. »

Tamoryn soupira. « Oui, je sais. Mais il n’a pas été possible de recruter dans le peu de temps que nous avions. Tout le monde se préparait pour la saison morte et personne n’était prêt à prendre le risque du voyage. »

« Une raison de plus pour nous de rester à la maison. On aurait pu finir avec un deux transports le long de la côte… »

« Track… Ne recommence pas ! La décision a été prise. Par contre, pour notre problème de main d’œuvre, j’ai peut-être une idée… »

« A moins d’implorer Menula qu’elle fasse pleuvoir des marins, je ne vois pas… »

« Voyons, je ne vais pas déranger la déesse alors que nous avons à bord deux autres paires de bras. »

Track ouvrit de grands yeux. « Tu ne veux pas dire…? »

« Si. Et je vais de ce pas demander… »

« Alors là, je veux voir ça ! »

« Et qui tient la barre ? »

« Tu sais bien qu’ici, on peut encore se permettre de la bloquer. Il sera temps, demain, d’y rester sans interruption. »

« D’accord Track, je plaisantais. »

Le matelot s’arrêta. « Tu plaisantais ? J’aurais pourtant cru… »

« Pour la barre, Track, pour la barre. Tu vieillis, camarade, si tu ne vois plus mes blagues. »

Sur ces mots, Tamoryn se dirigea d’un pas décidé vers la cabine. Elle se passa la main dans les cheveux et tira sur sa tunique, puis frappa à la porte. Comme la veille, Daroh ouvrit la porte.

« Vous avez encore oublié quelque chose ? »

« Non, je venais vous demander votre aide. »

« Mon aide !! Mais pourquoi faire ? »

Du coin de l’œil, Tamoryn vit que la jeune maîtresse s’approchait pour mieux entendre.

« Demain, nous commençons la traversée des Colonnes et il serait préférable d’avoir une autre paire de bras à la manœuvre. » Voyant le regard sombre que lui jetait la suivante, elle s’empressa de rajouter. « Pour notre sécurité à tous, Maîtresse Daroh, pour notre sécurité à tous. Vous semblez une femme énergique. Et ce ne serait que pour quelque chose de pas trop dur, uniquement pour libérer Track… »

Tamoryn s’apprêtait déjà à faire demi-tour devant le visage fermé de Daroh quand la voix de la jeune novice s’éleva.

« Avez-vous vraiment besoin de nous, capitaine ? »

Tamoryn avança dans la cabine, repoussant Daroh malgré sa très nette opposition.

« Oui maîtresse. Comme votre père souhaitait nous voir partir très rapidement, je n’ai pas pu compléter l’équipage comme je l’aurais souhaiter. Mais pour notre survie à tous dans les deux prochains jours, il serait préférable que Daroh aide Track aux manœuvres… Si vous êtes d’accord, maîtresse. »

« Pourrai-je également aider, capitaine ? »

Daroh sursauta. « Maîtresse, ce n’est pas possible… »

« Tais-toi ! Je sais que je ne suis pas très forte, mais il y a sûrement quelque chose que je peux faire… »

Tamoryn regarda la jeune fille et réfléchit un instant. « Si vous le voulez vraiment, il y a effectivement une tâche qui pourrait vous être confiée et de la plus grande importance. »

La suivante s’énerva. « Insolente, tu ne crois pas que tu vas laisser ton sale travail à… »

« Daroh, cela suffit. J’ai pris ma décision. »

« Mais maîtresse… »

« Non, Daroh. Nous devons aller jusqu’au bout du voyage. Si je peux contribuer, je le ferai. Menula ne demande pas autre chose de moi. »

Tout le monde s’inclina respectueusement au nom de la déesse.

« Bien, maîtresse. »

Tamoryn regarda la novice. « Merci maîtresse. Je vous expliquerai demain ce que vous aurez à faire. Et je vous promets, c’est vraiment important. »

La jeune fille la regarda, un soupçon de sourire sur les lèvres. « J’en suis persuadée, capitaine. » Puis elle se retira au fond de la cabine.

Tamoryn esquissa une vague courbette et retourna sur le pont suivi de Track, toujours grommelant.

« J’espère que tu sais ce que tu fais. »

Le capitaine retourna au gouvernail en murmurant. « Je l’espère aussi. »

Publicités

Un commentaire »

  1. Quant à moi, ça continue !
    De me plaire bien sûr ;O)

    Commentaire par kaktusch — 21 mai 2007 @ 22:10 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :