Au bord du Styx

9 mai 2007

26/03/2006 : Le Mannequin Chinois – 2a

Filed under: Ecriture,femslash,Le Mannequin Chinois — Catherine @ 15:25

Version complète et définitive de ce récit ici

Cela faisait maintenant dix jours qu’Eleni avait laissé sa carte à l’antiquaire et personne ne l’avait appelée. Le dimanche précédent, elle était retournée au Louvre des Antiquaires et la collection de statuette n’était plus exposée, mais l’assistant présent sur place ce jour-là lui avait certifié qu’il n’y avait pas eu de vente.


Elle pensa que l’artiss’, comme elle l’avait baptisée, pouvait être en déplacement ou trop occupée et une fois de plus, elle s’obligea à prendre son mal en patience. L’antiquaire, la veille au téléphone, lui avait encore assuré que personne d’autre n’avait montré d’intérêt pour la collection. Elle souhaitait cependant avoir rapidement des nouvelles, car cela commençait à devenir obsessionnel.

Elle regarda son agenda : Sandy Martin, une nouvelle patiente, se plaignant d’un lumbago quasi-chronique. Elle alla ouvrir la porte séparant son cabinet de la salle d’attente. Une seule personne s’y trouvait : une jeune femme dans les trente ans, de taille moyenne. En fait, tout en elle respirait la « moyenne », cheveux châtains coupés pas vraiment court ni vraiment long, yeux marrons, corpulence moyenne, teint clair. Les vêtements à l’avenant, jeans, pull, caban. Comme aurait dit un de ses amis qui avait une préférence pour l’exotisme, une française type, si seulement il y avait un tel type.

La seule note détonante, le léger accent – américain ? – quand la jeune femme salua le médecin.

Elle la fit s’asseoir et l’observa quelques instant avant de lui sourire d’un air encourageant.

« C’est la première fois que nous nous rencontrons. Un de mes confrères vous a recommandé à moi ? »

« Non. Pas vraiment. On m’a dit que l’acupuncture ou l’ostéopathie pourrait m’aider et comme vous êtes l’un des plus proches de chez moi. »

« Vous avez dit, en prenant rendez-vous, que vous souffriez d’un lumbago quasi-chronique ? »

« Oui, je crois avoir essayé beaucoup de chose, mais j’en suis à un point où les médicaments supposés me soulager me rendent encore plus malade. Les séances de kiné ne sont pas toujours efficaces. Je n’en peux plus. Je n’arrive plus à travailler… »

« Vous êtes arrêtée ? »

« Non, je travaille chez moi. Je suis indépendante. Et c’est là mon problème : j’arrive au bout de mes économies. »

« Je vais vous examiner et nous allons voir ce que nous pouvons faire. Si vous voulez bien vous mettre en sous-vêtements. Pendant ce temps, je vais regarder les radios que vous avez apportées. »

« L’autre docteur a dit qu’elles n’étaient pas significant… »

Eleni se détourna de l’écran lumineux, surprise par ce terme anglais qui venait pour la première fois émailler la conversation. Elle s’était vite habituée à l’accent, qu’elle trouvait charmant, et n’avait plus pensé à l’origine visiblement étrangère de sa patiente.

« Significatives ? Mais ne vous inquiétez pas ! Ce qu’elles ne montrent pas est tout aussi important. »

« Oh ! OK. Je ne porte pas de brassiere, je peux garder le tee-shirt ?

« Oui, bien sûr ! »

Eleni contourna son bureau et commença son examen. « Vous avez énormément de tension dans le cou et les épaules. Vous ne souffrez pas de maux de tête ? »

« Si. Mais c’est chronique chez les femmes de ma famille. Je n’y fais plus attention. »

« Et votre dos doit être également douloureux. C’est ce qui cause vos lumbagos. Vous êtes tendue et quand vous faites certains mouvement, vous avez tendance à vous crisper, anticipant la douleur. En fait le meilleur moyen pour vous blesser. »

Eleni se recula un peu. « Si vous voulez bien monter sur la table d’examen. »

Voyant la jeune femme s’apprêter à retirer son tee-shirt, elle l’interrompit. « Gardez-le pour l’instant ! Je me propose d’abord de vous faire faire quelques mouvements qui devraient vous aider et ensuite un peu d’acupuncture pour vous soulager. J’espère que vous n’avez rien contre les piqûres ? »

Un sourire hésitant lui répondit.

Sandy s’installa sur la table.

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :