Au bord du Styx

9 mai 2007

16/01/2007 : Les hommes politiques sont-ils vraiment informés ?

Filed under: Lecture — Catherine @ 19:23

Bonjour,

rien de spécial de mon côté, j’attends toujours un appel du centre de transfusion pour les deux rendez-vous qu’ils doivent me fixer. Peut-être vais-je les rappeler demain si je n’ai pas de nouvelles.

Le titre du billet du jour est causé par ces deux lectures :

France
Jean-Marc Nesme s’en prend à Ségolène Royal à propos du mariage des couples homos

Le député UMP Jean-Marc Nesme, l’un des animateurs de l’entente parlementaire pour le droit de l’enfant, accuse Ségolène Royal (PS) de «jouer aux apprentis sorciers» en voulant légiférer en faveur du mariage et de l’adoption des couples du même sexe. «En piétinant les valeurs et les normes qui fondent la famille et qui sont ancrées dans la culture française, la candidate socialiste joue aux apprentis sorciers», écrit le député de Saône-et-Loire dans un communiqué. «Le respect de la liberté des adultes, notamment à travers leur choix de vie, se nourrit du respect intégral du droit des enfants d’avoir un père et une mère» et la candidate socialiste «exprime une vision de la société qui est un bouleversement radical des valeurs de la République […] contraire au bien commun». Le député veut ainsi réagir à la lettre de la candidate socialiste envoyée à l’Inter-LGBT et rendue publique la semaine dernière, où elle réaffirme son engagement à ouvrir le mariage et l’adoption aux couples homosexuels si elle était élue (lire Quotidien du 10 janvier).

par Emmanuelle Cosse (Info du 15 janvier 2007)

Copyright tetu.com

 

Avec plus de 830 000 naissances, la France a été le pays le plus fécond d’Europe en 2006
LE MONDE | 16.01.07

La natalité française est en pleine forme : en 2006, avec un taux de fécondité légèrement supérieur à 2 enfants par femme, l’Hexagone est devenu, avec l’Irlande, le pays le plus fécond d’Europe. Ce dynamisme fait de la France une véritable « exception », souligne le bilan démographique de l’Insee, rendu public mardi 16 janvier : nos voisins, qu’il s’agisse de l’Allemagne, de l’Italie ou de l’Espagne, affichent des taux de fécondité qui ne dépassent pas 1,4 enfant par femme. Quant aux pays de l’Est, ils affrontent une crise profonde de la natalité : en Slovaquie, en Slovénie, en Pologne, en Lituanie ou en République tchèque, les taux sont souvent inférieurs à 1,3 enfant par femme. En France, le mini boom démographique des années 2000 semble s’installer durablement : bien que le nombre de femmes en âge de procréer soit en baisse, l’année 2006 est, avec plus de 830 000 naissances, le meilleur cru démographique depuis 1981. « Le nombre de naissances est plus élevé que le pic de l’an 2000 et atteint un niveau jamais observé depuis vingt-cinq ans », souligne Lucile Richet-Mastain, auteure de l’étude. L’âge moyen à la maternité ne cesse d’augmenter : en 2006, une femme accouche en moyenne à près de 30 ans contre seulement 27,7 ans il y a deux décennies.Tous ces bébés viennent au monde dans des familles profondément transformées : aujourd’hui, un enfant sur deux naît hors mariage contre seulement 6 % en 1970. L’union libre est désormais tellement répandue que le législateur en a tiré les conséquences : dès 1972, les droits des enfants « naturels » ont été alignés sur ceux des enfants « légitimes » et depuis 2005, ces mots ont été bannis du code civil, qui ne distingue plus les enfants nés dans le mariage, des autres. « Le choix du mariage ou de l’union n’a pas un grand impact sur la vie familiale », reconnaissait d’ailleurs en 2005 le rapport de l’Assemblée nationale sur la famille, dont la rapporteure était la porte-parole de l’UMP, Valérie Pécresse.

Si le mariage ne cesse de décliner (276 303 en 2005), le pacte civil de solidarité (pacs), né en 1999 dans le tumulte et les polémiques, continue de remporter un beau succès : en 2005, plus de 60 000 ont été conclus, soit 50 % de plus que l’année précédente. Et cette vogue semble se poursuivre puisque près de 58 000 de ces contrats ouverts aux homosexuels comme aux hétérosexuels ont été signés au cours des trois premiers trimestres de l’année 2006. Au total, depuis la création de ce mode d’union que Jacques Chirac jugeait « inadapté aux besoins de la famille », plus de 260 000 contrats ont été signés.

POURSUITE DU VIEILLISSEMENT
Malgré le dynamisme de la natalité, le vieillissement de la population se poursuit. La part des personnes âgées de plus de 65 ans ne cesse d’augmenter : au 1er janvier 2007, elles représentaient, en France, 16,2 % de la population contre seulement 15 % en 1994. Et les projections de l’Insee montrent que ce mouvement devrait s’accentuer dans les années à venir : selon Olivier Léon et Pascal Godefroi, le nombre de personnes âgées de plus de 60 ans devrait, à l’horizon 2030, augmenter de près de 60 % (Le Monde du 20 décembre 2006). Pour les octogénaires, les chiffres sont plus impressionnants encore : au cours des vingt-cinq prochaines années, le nombre de personnes âgées de plus de 80 ans devrait progresser de 75 %.

Ce vieillissement est lié à l’arrivée, à l’âge de la retraite, des « baby-boomers », ces générations nombreuses nées après la seconde guerre mondiale : les bébés nés en 1946 ont fêté leurs 60 ans en 2006. Mais il est aussi le fruit des progrès extraordinaires de la médecine : en 2006, l’espérance de vie a franchi la barre des 84 ans pour les femmes et des 77 ans pour les hommes. « En un an, en 2005, les femmes ont gagné trois mois et demi et les hommes presque cinq mois », constate Lucile Richet-Mastain dans son étude.

Alors qu’elle atteignait à peine vingt-cinq ans au milieu du XVIIIe siècle – à l’âge de 10 ans, la moitié des enfants étaient déjà décédés –, l’espérance de vie a énormément progressé depuis la seconde guerre mondiale : de 1950 à 2005, elle a gagné quatorze ans pour les hommes et quinze pour les femmes. Ces chiffres font de la France l’un des pays d’Europe où l’on vit le plus longtemps : les Français décèdent en moyenne un an plus tard que leurs voisins de l’Union européenne. La palme de la longévité revient à l’Italie tandis que la Lettonie et la Lituanie se situent loin derrière.


Lucile Richet-Mastain, « Bilan démographique 2006: un excédent naturel record ». Insee Première, n° 1118, janvier 2007, 2,30 €.

Ne faudrait-il pas également s’attaquer à toute famille monoparentale de choix ou de fait ?

Entre la femme qui décide d’avoir un enfant et décide qu’elle l’élèvera seule et l’homme qui se trouve soudain veuf avec un enfant à charge (comme c’est arrivé hélas à un de mes amis il y a peu), où est le modèle sociétal invoqué par ce député ? Et pourquoi ne pas interdire purement et simplement le divorce (qui porte quand même une sacrée atteinte au mariage) sans parler de l’IVG (bien que là, avec ces chiffres, cela s’impose moins) ?

La Première Guerre mondiale a fait de nombreuses veuves et de nombreux orphelins : le fait est que la « pénurie » d’hommes après 1918 n’a pas permis à de nombreuses femmes de se remarier. Les enfants ont été élevés, ont grandi et n’ont pas formé une classe particulière de dégénérés ou d’associaux.

Qu’ils arrêtent de nous prendre pour des imbéciles !

That’s all, Folks !

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :