Au bord du Styx

9 mai 2007

14/07/2006 : Bastille (suite et sûrement pas fin) !

Filed under: Lecture,sport — Catherine @ 16:16

Pour faire suite à mon précédent billet, je vous soumets une chronique lue dans Le Monde et que je trouve plutôt bien :

Le quatrième et décevant secret de Fatima, par Francis Marmande

LE MONDE | 12.07.06 | 14h03  •  Mis à jour le 12.07.06 | 14h03

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-794617,0.html

 

Ce qui rend Zidane (artiste) profondément touchant, c’est sa brutalité. L’ange discret reste un as du coup de boule. On ne prend pas douze cartons rouges en enfilant des perles. Un peuple enfin réunifié par le patriotisme en cuir (ah, la fierté retrouvée du peuple allemand…), un peuple bruyant se préparait à canoniser sa rosière aux élégants boulets, Zidane remet tout son monde sur les rails. Grâces lui en soient rendues.Un bonheur n’arrivant jamais seul, Zidane en finit avec les mensonges ; Zidane rappelle au réel ; Zidane climatise un chauvinisme paradant sur fond de haine ; Zidane boucle le bec aux philosophes mondains (voir 1998), qui se préparaient à persuader, de gazette en plage, qu’eux-mêmes, pour peu qu’ils l’eussent voulu, auraient pu être sélectionnés dans l’équipe réserve du Lubéron, passer professionnels, porter le maillot bleu. Pour la Vertu (interdiction de vendre des homards crus, de fumer l’herbe des stades, de régulariser les sans-papiers), le coup de boule est décrété insupportable, intolérable, inqualifiable, ignoble, inconcevable, inadmissible, voir dictionnaire des synonymes en i, comme pour faire allégeance. A qui, à quoi ? Mystère.

Ce qui rend le foot mondial si charmant (on n’a pas manqué un match, même la petite finale), c’est sa candeur à tout dire du monde actuel, son évidence enfantine, ce grand art déployé par des junkies surpayés. Le tout pour finir en un grand concours de défenseurs européens enfin débarrassés du reste du monde. Ce qui rend le coup de tronche de Zidane particulièrement intéressant, c’est qu’il signe une vraie sortie, une apothéose négative, pas cette mièvrerie patriotique à laquelle chacun aspirait. Déroulède en trois bandes a failli l’emporter.

Que lui a donc susurré l’Italien qui le mette dans cet état ? Quel niveau d’insulte pour déclencher le geste (inexcusable, indéfendable) du héros au sourire si rare ? Que peut inventer un manchot vindicatif pour déstabiliser le plus grand artiste du monde ? « Sale Arabe » ? Mais ce n’est une insulte que pour les ploucs. Aurait-il traité la race ? Ces choses s’entendent partout : Le Pen et les philosophes mondains s’étonnent encore, en 2006, que les Français ne soient pas tous leucodermes. Aurait-il insulté, l’Italien maléfique, la soeur, la mère, la femme de Zidane ? L’aurait-il traité, lui, de « pédé » ? Mais ce ne sont plus là insultes que pour quelques footeux transalpins. D' »enculé » ? Oui, probablement, comme un désir refoulé bien compréhensible. Terroriste ? Très exagéré.

Du temps du dictateur Salazar, le Portugal vivait sous les trois F : « Foot, famille, Fatima ». Nous détenons notre quatrième secret de Fatima. Il permet de poursuivre une conversation d’un mois autour du foot : la bande de gazon pour seul horizon politique. Sans compter que l’affaire révèle un très joyeux désir de fascisme à visage humain : la vidéosurveillance pour tous, le contrôle sur écran comme jugement de Dieu, en attendant les micros cousus sur les maillots (pour enregistrer les insultes) et, bientôt, les puces électroniques greffées sous la peau pour deviner les mauvaises pensées.

Un homme fut mis à mort (sous François Ier ?) pour régicide. Mis à mort dans les règles : écartelé, plusieurs jours et nuits durant, traîné en morceaux par un cheval au galop. Avait-il tué le roi ? Non : il avait rêvé qu’il tuait le roi. S’en était-il confessé ? Oui. Le confesseur était-il un salaud ? Comme tous les confesseurs. Celui-ci dénonça le songe. L’équation contrôle télévisuel-désir de surveillance-archange argenté-famille hystérisée (« Un geste de fils, de père, de frère et de mari ») est parfaite. Zidane reste une icône qui déconne. Dès que la pub récupère la photo de son coup de boule (« Calvitie ? Tentez la trauma-thérapie ! »), l’affaire sera rondement finie.

Francis Marmande

Article paru dans l’édition du 13.07.06

 

Sinon, les Admin’ de Yahoo 360°, pour encourager les utilisateurs à bloguer, ont décidé de proposer des thèmes de « cogitation » et invitent ensuite ceusses qui auront écrit sur le sujet, à mettre le lien de leur entrée en réponse. J’ai vu qu’il y en avait déjà plus de 300 et ils se passeront de la mienne (en tous cas comme lien).

 

Ah oui, la question : quel est votre plus vieux souvenir ? le mien ou les miens, car ils sont trois bien que du même jour, remontent à un dimanche à la fin du mois de mai 1966. J’avais deux ans et demi. Peut-être que j’y répondrai la prochaine fois.

 

That’s all, Folks ! Image

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :