Au bord du Styx

9 mai 2007

06/07/2006 : Allez les Bleus !

Filed under: blabla,Lecture,Livres-BD — Catherine @ 16:13

Bon, on continue à soutenir la France.

Mais Dieu que ce match a été pénible hier ! Ce n’aurait pas été une demi-finale de Coupe du Monde à laquelle participait la France, je ne sais pas si j’aurais tenu le choc. C’est bien la preuve, à mon avis, que je ne suis pas fan. Je me laisse, au mieux, entraîner par l’euphorie ambiante.

Enfin, je serai présente dimanche soir, chez ma mère qui suit ça également de près, mais dans la même disposition d’esprit que moi. Bien que je me souviens du coup de fil qu’elle m’avait passé un certain dimanche de juillet 1998 à plus de 11 heures du soir après la victoire historique. C’est sûrement la première fois qu’elle m’appelait aussi tard, pour parler sport ! Image

Cette fois-ci, si les Bleus offrent un beau cadeau de départ à notre Zizou national, elle n’aura pas besoin de téléphoner.

Sinon, j’ai un peu regardé sur le Net ce que je trouvais à propos de la polyarthrite rhumatoïde. Et ça ne m’amuse pas du tout. J’espère que l’opération et les traitements seront efficaces parce que je n’ai pas envie, d’ici vingt ans, de me retrouver dans une petite voiture.

Dans la catégorie des mauvaises nouvelles, ma tante est en train de mourir, de la même maladie que mon père, alors que le premier anniversaire de sa disparition approche. On a beau dire qu’avec le temps, la douleur s’apaise, je trouve que pour l’instant, c’est encore assez à vif.

Lundi soir, j’ai regardé les premiers épisodes d’une nouvelle série « Gray’s Anatomy ». Dans le premier épisode, on parle beaucoup de la mère de l’héroïne principale, jeune interne en chirurgie, sa mère étant elle-même une chirurgienne de talent. Et vers la fin de l’épisode, on a uns scène entre l’interne et sa mère, sauf que celle-ci, qui ne semble pas si vieille que ça, est atteinte de la maladie d’Alzheimer. J’ai soudain ressenti une telle empathie pour le personnage de la fille qui tente d’expliquer à sa mère, qui écoute à peine et comprend encore moins, sa première garde en tant qu’interne… ça m’a fait littéralement l’effet d’un coup de poing à l’estomac et j’ai failli arrêter la télé. Je me suis ressaisie avec peine et j’ai finalement regardé les épisodes suivants de cette série, plutôt sympa. Je crains que prise par surprise, j’aie encore souvent une réaction violente quand je verrai ou entendrai parler de cette maladie.

Pour repasser à un sujet plus léger, j’ai lu un article intéressant dans le journal.  Enfin, j’en ai lu plus d’un, mais celui-ci est plus amusant à partager. Et puis, comme je sais que tous ceusses qui me lisent sont globalement de la même génération que moi, c’est un sujet qui intéresse un peu tout le monde. Tiens je vais faire un sondage !!!

Mangas : « Goldorak », vers l’âge adulte

LE MONDE | 05.07.06 | 16h29  •  Mis à jour le 05.07.06 | 16h29

 

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3238,36-792179@51-792273,0.html

 

Pendant la septième Japan Expo, du 7 au 9 juillet au Parc des expositions de ParisNord-Villepinte, des dizaines de milliers de personnes (elles étaient plus de 40 000 lors de la dernière édition, en 2004, et les organisateurs en espèrent 60 000 cette année) vont changer de continent.Célébrant des formes artistiques qui ont pour nom manga et anime (prononcer « animé »), débattant de pratiques comme le scantrading ou le fansubbing ou sacrifiant au rite du cosplay, les visiteurs de cet hybride de festival culturel et de Salon commercial consacreront l’emprise de la culture populaire japonaise sur un nombre croissant de jeunes – et moins jeunes – Français.

Parmi les acteurs de cette scène incroyablement vivace, une comparaison s’impose : par son enthousiasme et son esprit d’entreprise, le milieu qui a grandi autour des mangas et de l’anime évoque la scène rock née dans la foulée du mouvement punk britannique. Amateurs et professionnels s’y côtoient, et son développement s’est fait quasiment à l’insu du reste de la société.

Mais, aujourd’hui, impossible de l’ignorer : Hayao Miyazaki, réalisateur des dessins animés Princesse Mononoke et Le Voyage de Chihiro, est considéré comme l’un des plus grands cinéastes actuels ; dans l’édition, les ventes de mangas ne cessent de croître, et, dans celui des jeux vidéo, plusieurs grands succès, comme Zelda ou Final Fantasy, conçus au Japon, relèvent du même univers. Sur le marché international, la France est devenue la terre d’élection des images nipponnes.

Cette étrange affinité a débuté en 1978, quand TF1 a diffusé, au grand dam des parents, un dessin animé dont le héros est un robot, « Goldorak ». « La France a vécu ce qui s’est passé au Japon avec quinze ans de décalage », explique Cédric Littardi, 32 ans, aujourd’hui responsable de la maison d’édition vidéo Kaze. L’arrivée de « Goldorak » sur les écrans français rappelle les premiers succès des séries animées nationales, sur les télés japonaises, au milieu des années 1960.

Une décennie plus tard, le feuilleton « Gundam » est la coqueluche des adolescents japonais, et non seulement des enfants, comme le seront les séries diffusées par La Cinq de Berlusconi et le « Club Dorothée » pour les teen-agers français, à la fin des années 1980. En 1984, le public nippon découvre Nausicaa, la vallée du vent, premier long métrage de Miyazaki, quinze ans avant le succès de Totoro et de Mononoke en France. Avec le succès d' »Akira », dès 1990, puis de « Dragonball« , à partir de 1994, publiés par Glénat, l’édition entre dans la danse.

Cette découverte, qui se fait via les grands médias, s’accompagne d’une intense activité amateur. En 1993, autour de la librairie japonaise Junku, à Paris, des jeunes gens créent un fanzine (magazine de fans) devenu depuis le mensuel Animeland. Des conventions de fans de manga et d’anime s’organisent aux côtés des adeptes des jeux de rôle et d’heroïc fantasy.

Dès 1995, les premiers cosplays apparaissent. La communauté se développe autour des sites et des forums Internet naissants. Parmi les structures associatives, certaines sont devenues des entreprises. Japan Expo, initiative due à des étudiants ingénieurs en informatique, est aujourd’hui une SARL. Des sociétés établies de l’édition ou du cinéma se lancent sur ce nouveau marché.

Le personnage de la série « Naruto », enfant ninja blond, star des jeunes amateurs masculins de mangas, est diffusé en France, sur papier et en DVD, par Kana, filiale de l’éditeur de BD Dargaud. La chaîne câblée Game One programme l’anime et un autre canal câblé devrait prendre le relais.

Les éditeurs vidéo indépendants comme Dybex, qui propose l’anime de « Full Metal Alchemist« , un des plus populaires du moment, ou Kaze, sont distribués dans les hypermarchés, après avoir conquis les grandes surfaces culturelles.

Cette expansion entraîne un élargissement de l’audience. Pierre-Yves Devroute, de Japan Expo, explique que « pendant la dernière édition, en 2004, le public n’était plus seulement constitué de fans, mais aussi de familles ». Cédric Littardi évalue le nombre des amateurs « purs et durs » à quelques dizaines de milliers.

Ce sont eux qui font vivre les sites Internet, qui pratiquent une forme de guérilla en sous-titrant (fansubbing) ou en doublant (fandubbing) des séries japonaises encore inédites en France. Une pratique tolérée par certains éditeurs, à condition que les « teams » retirent leurs productions, une fois la licence de la série achetée en France. S’engage alors un dialogue conflictuel : ainsi, le doublage officiel de « Naruto » a été violemment critiqué par les fans, qui préfèrent les versions du Net. Ce qui n’a pas empêché Thomas Guitard, créateur du « team » de doublage Gotohwan, de devenir l’une des voix françaises de la série « Oban Street Racers », sur France 3.

La pratique des cosplays, qui voit des adolescents et de jeunes adultes succomber au plaisir du travestissement, est moins problématique. Lors d’un récent cosplay à Lyon, la présentatrice a félicité le lauréat, vêtu d’une armure de robot, en précisant qu’il était devenu papa pendant le concours ! L’anecdote conforterait l’idée selon laquelle le noyau dur des fans serait l’équivalent français des otaku, ces jeunes Japonais obsédés par l’univers des mangas et de l’anime, qui prolongent indéfiniment leur adolescence.

Vanina Noël, étudiante en architecture à Marseille, nuance cette impression. A la Japan Expo, elle sera déguisée en princesse Zelda, héroïne du jeu vidéo éponyme. Son costume ne lui a coûté que 60 euros, mais elle y a consacré deux mois. Elle s’amuse de cette passion, en reconnaissant qu’elle « ne durera pas énormément ».

C’est le prochain défi : faire passer la culture manga à l’âge adulte. Dans l’édition comme dans le DVD, les titres qui n’ont plus rien à voir avec l’univers héroïque ou robotique se multiplient : ils décrivent la vie quotidienne au Japon (l’OAV « 13 Vies », édité par Kaze, ou le Journal de mon père, de Taniguchi) ; explorent des thèmes historiques (le manga et anime Gen d’Hiroshima) ; renouvellent le roman noir (la série « Monster », publiée en manga et en anime, dont le héros japonais vit des aventures terrifiantes dans l’Allemagne réunifiée). Des nourritures destinées aux adultes, dont la passion est née, il y a un quart de siècle, l’après-midi, devant leur téléviseur…

Thomas Sotinel et Nicolas Wecker

Article paru dans l’édition du 06.07.06

 

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui ! Image

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :